Le Centre Amaryllis est à la recherche d’un nouveau toit
17 janvier 2019

Le Centre Amaryllis est à la recherche d’un nouveau toit

La FOHM diffuse la lettre de l’organisme Sidalys qui offre des services d’hébergement aux personnes vivant avec le VIH/sida à Montréal. L’organisme est à la recherche d’un nouvel espace  pour relocaliser le Centre Amarylis, pour une période d’environ 1 an, en vue de la reconstruction de son immeuble, prévue au printemps 2019.  

Sidalys se réjouit des 80 places d’urgences qui s’ouvrent demain pour les personnes itinérantes à l’ancien hôpital Royal Victoria. Cette mesure est d’autant plus nécessaire car elles pourront être accueillies avec leur chien.

C’est aussi avec un pincement au cœur que Sidalys réagit à cette nouvelle. Une de ses trois ressources, le Centre Amaryllis, situé sur la rue Panet depuis plus de 25 ans, devra fermer ses portes, le 29 mars prochain, faute de pouvoir se relocaliser pendant le temps de sa reconstruction. Cette dernière étant nécessaire, nous étions convaincues qu’il y aurait bien eu une place quelque part, dans tous ces immeubles vacants à Montréal ou même à l’intérieur des structures du réseau public pour nous accueillir.

Le Centre Amaryllis accueille 8 personnes vivant avec le VIH, aux prises avec des problèmes de santé mentale, de dépendances et très souvent exclues des services courants du réseau de la santé et des services sociaux. L’essentiel du travail de l’équipe d’intervention réside dans l’accompagnement quotidien et le soutien afin de permettre aux résidents d’améliorer leurs conditions de vie. L’Organisation Mondiale de la Santé l’a reconnu, offrir de l’hébergement à des personnes vulnérables, c’est aussi offrir des soins de santé globale.

Nous sommes à deux mois de la démolition et nous sommes sans solution viable et concrète. Nous ne pouvons pas imaginer que les résidents actuels du Centre Amaryllis devront peut-être fréquenter ce nouveau refuge puisqu’il aura été impossible de leur trouver une nouvelle adresse. Sans parler des employé.e.s qui, eux, se verront au chômage pour une période minimale d’un an. Quelle absurdité : tout ce projet de reconstruction était une si bonne nouvelle !

Toutes les options seront considérées. Merci à l’avance de nous faire part de vos propositions.

Isabel Montpas et Corinne Payaud
Codirectrices générales
514-842-4439 poste 106
sidasecours@hotmail.com

Les commentaires sont fermés.