Des milieux de vie pour aînés dans l’angle mort du gouvernement

Des milieux de vie pour aînés dans l’angle mort du gouvernement

Des milieux de vie pour aînés dans l’angle mort du gouvernement

Montréal, 15 avril 2020 – Le 30 mars dernier, le gouvernement du Québec annonçait une aide financière d’urgence de 133 millions $ pour les ressources en hébergement pour aînés, dont 40 millions pour les résidences privées pour aînés certifiées. « Bien que nous soyons heureux que ces sommes aient été attribuées, nous déplorons le fait que plus de 200 OSBL d’habitation pour aînés au Québec, dont une cinquantaine à Montréal, ne recevront rien pour leur venir en aide », déplore Chantal Desjardins, directrice générale de la Fédération des OSBL d’habitation de Montréal (FOHM).

En effet, des grandes résidences privées pour aînés très fortunées auront également accès à ces fonds pour compenser les coûts additionnels engendrés par la COVID-19. « Comment justifier que certaines RPA privées à but lucratif, faisant des profits faramineux, pourront bénéficier de sommes non remboursables, alors que des OSBL d’habitation pour aînés qui peinent souvent à joindre les deux bouts ne recevront rien ? » ajoute la directrice générale. La FOHM dénonce ce traitement inéquitable. Un chèque sera d’ailleurs envoyé aux résidences privées dès cette semaine sans qu’ils n’aient rien à demander.

Peu connus du grand public, les OSBL d’habitation pour aînés non certifiés ont été construits à partir de fonds gouvernementaux et ont pour locataires des aînés autonomes de plus de 65 ans. Avec le vieillissement de la population, plusieurs ont une clientèle dont l’âge moyen est de 75 à 80 ans. Or, bien que la Société d’habitation du Québec leur demande de respecter des consignes similaires à celles applicables dans les résidences pour aînés certifiés, peu de moyens sont mis à leur disposition pour respecter ces règles. La seule différence entre les RPA certifiées et les OSBL d’habitation pour aînés, est le nombre de services offerts. « C’est comme s’il y a avait deux classes de résidences pour aînés. Est-ce que le gouvernement du Québec attend que plusieurs aînés soient contaminés comme dans les CHSLD et les RPA, pour intervenir ? » fait valoir madame Desjardins. Quoique plusieurs interventions ont eu lieu auprès de la ministre des Aînés et des proches aidants et auprès de la Société d’habitation du Québec, les OSBL d’habitation pour aînés demeurent dans l’angle mort du gouvernement.

Depuis le début de la pandémie, plusieurs OSBL d’habitation pour aînés ont consacré énormément d’efforts, avec les moyens qu’ils disposent, pour appliquer les consignes des autorités de santé publique et protéger les locataires, les bénévoles et le personnel. Ils ont fermé leur salle à manger et livrent les repas à chacun des logements. L’entretien sanitaire des espaces communs a été intensifié. Pour contrôler les allées et venues et s’assurer qu’aucun visiteur n’entre dans l’immeuble, ils ont dû prolonger les heures de travail des employés et embaucher des ressources additionnelles quand ils le peuvent, la plupart opérant avec entre 2 et 3 employés seulement. Tout cela se fait souvent sans matériel de protection puisque qu’il est réservé au RPA certifiées ou, la rareté et le prix, le rend inaccessible.

À l’instar du Réseau québécois des OSBL d’habitation, la FOHM demande donc au MSSS et à la SHQ de se concerter afin de trouver des fonds pour soutenir ces quelque 200 habitations pour aînés oubliées, sans plus attendre.

-30 –

La FOHM regroupe 250 membres représentant plus de 18 000 ménages locataires résidants  dans des habitations sociales et communautaires à Montréal.

Source : Myriam Olmand – Fédération des OSBL d’habitation de Montréal

Cellulaire : 514-947-0041

Print This Post

Les commentaires sont fermés.